La CNDDR souhaite une action énergique de la Police

Le porte parole de la commission Nationale de Désarmement Démantèlement et Réinsertion (CNDDR), M. Jean Rebel Dorcenat, s’interroge sur la passivité des blindés de la PNH lors des violences d’hier soir au Bel Air. 

 Il révèle que 3 blindés étaient sur place dans le quartier. Toutefois ils ne sont pas intervenus pour protéger les citoyens qui étaient la cible des bandits, a laissé entendre le commissaire Dorcenat.

Il souligne que la passivité des blindés est assimilée par les citoyens à une complicité. Cependant il nie que des blindés soient sous le contrôle du G 9.

M. Dorcenat indique que des unités de la Police étaient sur place lors de l’attaque du G 9 et ont porté secours aux résidents de la zone.

Les affrontements entre les assaillants du G 9 et les membres de gang de Bel Air ont fait plusieurs victimes dans les deux camps. Plusieurs dizaines de maisons et de véhicules ont été incendiés lors de l’offensive d’hier soir. Pendant plus de 3 heures les assaillants ont fait usage d’armes lourdes provoquant la fuite des habitants vers le champ de Mars.

LLM / radio Métropole Haïti

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *